Affaire Christian Quesada : Jean-Luc Reichmann, « blessé » : « Je culpabilise… »

C’est l’affaire qui horrifie les téléspectateurs. Le 25 mars 2019, Christian Quesada, champion des 12 Coups de midi (TF1), a été interpellé, mis en examen puis écroué pour « tentative de corruption de mineur » et « détention et diffusion d’images pédopornographiques ». Ce lundi 15 avril 2019, sur le plateau de C à Vous (France 5), Jean-Luc Reichmann, l’animateur de l’émission phare de la Une, s’est exprimé sur le sujet.

« Vous imaginez pour moi la blessure d’avoir mis quelqu’un comme ça en avant ? C’était une fierté de se dire que c’était un exemple« , regrette Jean-Luc Reichmann. Et de poursuivre : « Aujourd’hui, imaginez-vous la prudence, la prévention que nous nous devons de faire, nous les médias ! » L’animateur confie également s’en vouloir : « Je culpabilise parce que je me demande comment je suis passé à côté de ça… Vous imaginez que je dors bien en ce moment ? Non !« 

Vous imaginez que je dors bien en ce moment ? Non !

Mais ces derniers jours semblent plus calmes pour l’animateur : « Là, ça va beaucoup mieux. Pourquoi ? Parce qu’il y a une justice en France et je pense qu’il faut la laisser faire. Nous, TF1, Endemol, devons prendre toutes les précautions pour que ça n’arrive plus ! » Lors de cette première prise de parole face caméra sur l’affaire, Jean-Luc Reichmann a avoué qu’encore aujourd’hui « la colère est toujours aussi forte« .

Avant cette prise de parole, la star de Léo Matteï (TF1) s’était exprimée sur Instagram. Il s’était dit « sous le choc » et avait exprimé son « sentiment d’horreur, de dégoût et de colère« . « Cette rage qui s’empare de moi m’incite, aujourd’hui plus que jamais, à continuer mes combats, dont celui de protéger et d’accompagner au mieux nos enfants. Nous devons rester avant tout unis, et surtout être ensemble, y compris sur les réseaux, qui peuvent devenir des fléaux dévastateurs« , avait-il écrit.

Depuis l’arrestation de Christian Quesada, les témoignages s’enchaînent au même titre que les révélations. Le procureur de la République en charge de l’affaire avait révélé le 2 avril sur le plateau de Touche pas à mon poste (C8) que le candidat mis en cause avait été condamné à deux reprises par le passé, en 2001 puis en 2009, « une fois pour exhibition sexuelle, une autre fois pour détention d’images pédopornographiques« .

Rappelons que Christian Quesada reste présumé innocent des faits qui lui sont reprochés jusqu’à la clôture définitive du dossier.


Source : Voir

Blablaweb