Anouchka Delon « bouffée » par « l’ego » de ses frères Anthony et Alain-Fabien

Pour la première fois, Anouchka Delon prend la pose en couverture du magazine Paris Match avec son chéri de longue date, le comédien Julien Dereims. Soudés et unis, les tourtereaux (qui s’étaient rencontrés il y a plus de huit ans au Cours Simon) profitent d’un entretien croisé pour évoquer leur belle histoire d’amour, leurs projets, leurs rêves d’avenir mais aussi une douloureuse épreuve qui a chamboulé leurs vies il y a plusieurs mois. L’été dernier, la jeune femme de 28 ans a effectivement perdu le bébé qu’elle attendait après trois mois de grossesse. « Je ne pensais pas souffrir autant« , concède Anouchka, qui assure qu’elle puise son courage dans « la force incroyable » de Julien.

Cette interview est également l’occasion pour la jolie comédienne d’évoquer sa célèbre famille. Anouchka Delon y explique qu’elle est ainsi très proche de ses frères, Anthony (54 ans, fils de Nathalie Delon) et Alain-Fabien (24 ans, dont la maman, Rosalie Van Breemen, est aussi celle d’Anouchka). Elle admet néanmoins avec une pointe d’humour et d’exaspération que les choses peuvent être compliquées à gérer, au point de la miner. « On peut ne pas se parler pendant longtemps. Ça n’empêche que, quand on se retrouve, on passe de très bons moments. Les hommes de ma famille sont très complexes, ensemble et séparément. Il y a beaucoup d’ego et ça me bouffe. Se voir tous ensemble… ça m’épuise. Mieux vaut que chacun se voie séparément« , ajoute-t-elle.

Mon père est comme il est, avec beaucoup de défauts et beaucoup de qualités

S’il y a parfois des tensions, comme évidemment dans toutes les familles, Anouchka Delon réaffirme qu’il y a aussi des bons côtés. « Nous sommes tous des solitaires, mais si l’un d’entre nous a un problème, il peut être sûr qu’aussitôt les autres vont débarquer« , poursuit-elle. Quant à son illustre père, elle fait tout pour passer le plus de temps avec lui. « Je le vois très souvent, je suis très proche de lui. C’est important pour moi, parce que c’est mon père et qu’il a 83 ans. Mon père est comme il est, avec beaucoup de défauts et beaucoup de qualités« , confie-t-elle.

Si elle a mal vécu la séparation de ses parents (Alain Delon et Rosalie Van Breemen avaient rompu en 2002 après quinze ans de vie commune), Anouchka Delon révèle qu’elle a aussi eu beaucoup de mal à encaisser celle de sa mère avec celui qui fut son beau-père pendant de longues années, Alain Afflelou. « Un deuxième choc. Terrible. Mon beau-père et ma mère, je ne m’en suis toujours pas remise. C’était un deuxième échec« , assure-t-elle. Le couple avait divorcé en 2008 après six années d’union. Rosalie Van Breemen s’est remariée en 2010 à l’homme d’affaires Robert Agostinelli.

A l’aube de la trentaine, Anouchka Delon aspire aujourd’hui à toujours plus de sérénité, elle qui affirme que son chéri est sa « raison de vivre« . Et s’ils n’ont pas pu encore concrétiser leur rêve d’enfant, c’est tout ce qu’on leur souhaite dans l’avenir proche. « Un jour, je vais faire un enfant. Le plus important sera la famille que je fonderai« , conclut-elle.

Retrouvez l’intégralité de l’interview d’Anouchka Delon et Julien Dereims dans le magazine Paris Match en kiosque le 10 janvier 2019


Source : Voir

Blablaweb