Après un avoir été diagnostiqué d’un cancer, cet homme choisit de mourir en naviguant sur le fleuve Mississippi avec son chien

Un remorqueur jaune se dirigeant vers l’amont le long du fleuve Mississippi au Mercredi matin du 9 janvier a créé des vagues assez fortes pour secouer un vieux bateau rouge et blanc nommée « Shameless ». Les vagues ont tiré sur le petit bateau, en menaçant de faire tomber un arbre près de la digue à Alger Point, où le bateau avait a été amarré une semaine avant.

Le propriétaire du bateau, Kelly Phillips, 51 ans, et son chien, Sapphire, sont sortis sur le pont de la péniche, réussissant à garder leur équilibre malgré le vent et les oscillations incessantes. Ils ont sauté dans un bateau en jonque vert foncé qui prenait de l’eau et Phillips a pagayé jusqu’à la digue à l’aide d’un vieux balai qu’il avait trouvé sur la rive.

Alors qu’il s’approchait de la digue, il s’est réchauffé pour se protéger contre la brise froide qui s’était abattue sur lui durant la nuit.

« Il fait froid sur le bateau, il n’y a pas d’isolation. Heureusement, j’ai mon petit radiateur », dit-il en faisant signe à Sapphire.

Ce tournant du fleuve Mississippi n’est qu’un des dizaines d’endroits que Phillips a visités depuis qu’il a commencé son voyage sur le fleuve il y a 20 mois.

M. Phillips, originaire du Wisconsin, affirmé qu’on lui avait diagnostiqué un cancer dans ses sinus il y a environ deux ans. Il a subi une chimiothérapie, mais le traitement lui a laissé un ulcère d’estomac débilitant. Ses médecins ont dit qu’il ne lui restait plus que trois mois à vivre.

À l’époque, Phillips vivait dans le New Jersey, où il s’occupait de diverses entreprises, dont deux laveries automatiques et une entreprise de blanchisserie commerciale comptant 53 employés.

Il a affirmé qu’il savait que le dernier endroit dans lequel il voulait mourir était un hospice. Il voulait donc mourir ailleurs.

Il pensait que le Mississippi serait un bon endroit où aller. Ainsi, avec l’aide de son frère, il a acheté le « Shameless », une péniche construite en 1972.

« Je me suis réveillé le matin. Puis, je ne sais pas pourquoi, j’ai décidé d’appeler mon frère et de lui dire :  » C’est ce que je veux faire « , a-t-il dit.

A l’origine, il avait prévu de rester dans le Wisconsin. Mais trois mois sont passé. Puis cinq mois et six mois, alors il a décidé de descendre la rivière à bord de son bateau.

« Je me suis dit que j’allais voyager pendant trois mois et ce sera tout. Je ne suis pas mort, mes plans ont échoué, alors j’ai continué à descendre la rivière « , dit-il.

Avec seulement 214 $ (188,39 Euros) en poche, il a pris la mer à bord de son bateau.

La rivière a été sa maison et il a affirmé que les « gens du fleuve Mississippi » ont été sa famille.

Il se souvient de son arrivée à Chester, dans l’Illinois, la veille du Nouvel An, en 2017. Il devait partir le lendemain, mais son bateau était coincé dans l’eau gelée. Il n’avait plus de bois pour son poêle et de gaz pour son générateur.

« J’allais mourir de froid », a-t-il dit. Il a fini par appeler la police locale pour obtenir de l’aide et a affirmé qu’il avait été mis en contact avec la bonne personne. Peu de temps après, les habitants de Chester sont sortis, lui ont donné de l’essence et lui ont livré des rebuts de bois et trois contenants de nourriture.

« Un type m’a même donné cette veste, » dit Phillips en montrant du doigt le coupe-vent noir qu’il portait.

Le bateau coulait quand il est arrivé à Hickman, Kentucky. Là, il a rencontré un capitaine de remorqueur qui l’a sorti de l’eau et lui a promis que, peu importe où Phillips finira quand il mourra, qu’il prendra soin de son bateau Sapphire.

Quand il est arrivé à Memphis, Sapphire a disparu brièvement. Les gens qui l’ont trouvée ont entendu parler de Phillips et ont décidé de l’aider dans son voyage. Ils lui ont acheté un nouveau moteur et un nouveau générateur pour son bateau.

A Bâton Rouge, un ami l’a aidé à s’installer avec une moto, parce que Phillips est trop faible pour pédaler.

À Alger Point, il a partagé un café au One Stone et des histoires avec des gens au Old Point Bar.

La Nouvelle-Orléans devait à l’origine être son dernier arrêt lors de sa descente de la rivière, mais Phillips a dit qu’il avait l’intention de se retrouver à Venise.Jusqu’au 23 Janvier, il a rencontré beaucoup de ses « amis de la rivière » .

Il a découvert ce dernier endroit sur la rivière il y a quelques semaines et il affirme qu’il l’attendait avec impatience avec pleins de fruits de mer frais .

J’ai surtout envie de dire :  » Je l’ai fait, je l’ai fait, je suis arrivée jusqu’en bas de la rivière « , dit-il.

Au-delà de Venise, il n’avait pas de projets, principalement car il affirme qu’il déteste faire des projets.

Pour l’instant, dit-il, il a assez d’énergie pour continuer à voyager. Chaque matin, son chien le relève du fauteuil inclinable où il dort en se tenant debout sur sa poitrine et en aboyant.

« Elle s’assure que je me lève, » dit-il.

Il dit qu’il continuerait aussi longtemps qu’il le pourrait sans aide médicale.

« Je ne veux pas aller à l’hôpital », a-t-il dit. « J’espère que je vais m’allonger, m’endormir et ne pas me réveiller. C’est la façon la plus facile d’y partir pour de bon. »

Source : Voir

Blablaweb