ce que cela nous apprend de nous

Effet miroir pour nous apprendre à nous accepter et à changer

Qui se connaît bien ?

Être parfaitement conscient de qui on est implique de connaître aussi bien ses parts d’ombre que ses parts de lumière. Or, suivant notre enfance et notre parcours, ces différentes parts seront plus ou moins reconnues ou reléguées dans l’inconscient.

Celui à qui on a fait sentir toute sa vie qu’il était médiocre aura du mal à reconnaître ses qualités. Je suis minable est son credo. A l’inverse, une personne qui a reçu une éducation d’enfant-roi, et qui a su réussir globalement aura du mal à prendre conscience de ses faiblesses et blocages. Je suis génial lui dicte son esprit et je suis incapable de faire des erreurs qui ne peuvent venir que des autres ou de l’injustice de la vie.

Pourtant la vie ne nous veut aucun mal, elle est au contraire notre premier guide vers la connaissance de soi.

La vie, notre premier back-up

« La vie est notre premier back-up » tel est le credo de l’héritière d’Oprah Winfrey, Gabrielle Bernstein , conférencière en bien-être. L’une de ses plus précieuses leçons étant de voir la vie autrement que comme injuste ou aléatoire.

Nous ne sommes pas responsables de ce que nos yeux voient, mais nous sommes responsables de notre façon de percevoir ce que nous voyons.

Autrement dit, ce que nous percevons d’une situation est uniquement fondé sur nos interprétations. Interprétations qui ne sont que les projections de notre état intérieur. C’est le fameux effet miroir. Et en comprenant que ce que nous percevons de notre environnement n’est que le reflet de notre état d’esprit, nous pouvons lire les messages que la Vie nous envoie pour nous aider à mieux nous connaître.

Pour arriver au mieux à comprendre ces messages, Géraldine Bergon, conférencière et fondatrice de l’école au coaching fondamental a conceptualisé toute une méthode de développement personnel autour du jeu de miroir de la Vie.

La méthode de l’Effet Miroir : décryptage

L’Effet Miroir est une méthode qui repose sur deux temps principaux :

  • Le temps de la prise de conscience

C’est la nature du regard que nous portons sur une personne, une situation de vie, un objet, etc. Est-ce de l’attirance, de l’admiration, de l’irritation, du dégoût, etc. ?

  • Le temps de l’introspection

Et du questionnement intérieur pour mettre en lumière ce que nous n’avions pas su voir en nous avant.

Géraldine Bergon a décliné cette méthode en plusieurs exercices répondant aux différents besoins en développement personnel. Nous vous en présentons deux principaux.

L’Effet Miroir pour reconnaître ses qualités et mieux s’aimer

Géraldine Bergon rappelle à bon escient qu’on ne reconnaît que ce que l’on connaît. Quand on admire une qualité chez quelqu’un dont on pense être privé, on a en réalité une mauvaise vision de soi ; nous n’avons pas reconnu la partie de nous qui est dotée de cette qualité. Contre le mal-être et le désamour de soi, ce 1er exercice de l’Effet Miroir va vous aider à changer votre regard sur vous-mêmes pour mieux vous aimer.

Voici les questions à se poser :

  • Qu’est ce qui me touche ici ?
  • Qu’est-ce que j’admire chez elle ?
  • Qu’est ce qui me plaît dans ce tableau ?

Cela peut s’appliquer aussi bien à des personnes qu’à des situations ou des objets. Ainsi, reconnaître qu’un endroit est chaleureux ou la majesté d’un arbre, c’est comprendre qu’une partie nous est également chaleureuse et majestueuse.

Le second travail consiste à reconnaître cette partie ignorée en appelant aux souvenirs du quotidien.

  • Dans quelle situation vous adoptez ces caractéristiques et comportements ?

Il y a forcément des moments, car nous n’avons pas une mais 18 voix intérieures qui cohabitent ensemble. Certaines prenant plus de place que d’autre.

L’Effet Miroir pour soulever des blessures et des blocages émotionnels

Supposons qu’un proche, un ami, un collègue, un voisin nous manque de respect et que nous soyons en colère : cela reflète qu’une partie de nous soit ne se respecte pas (ne répond pas à ses besoins), soit a toujours toléré sans réagir que l’on nous manque de respect. Ce qui nous énerve chez l’autre fait écho à notre propre énervement envers nous-mêmes. Les personnes qui se plaignent d’avoir un compagnon qui les dirige ou les domine sont généralement des personnes qui y ont trouvé longtemps un avantage. En effet c’est l’autre qui prend les décisions en m’épargnant ainsi les responsabilités. De cette relation dominante, je tire un bénéfice quelconque que j’ai longtemps apprécié. Mais maintenant la situation me fâche parce que je prends conscience qu’elle ne me convient plus.

Au lieu d’en vouloir à l’autre, il est important de prendre conscience de notre rôle et de notre responsabilité dans la création de situations inconfortables afin de mieux affirmer cette partie de nous-même qui souhaite aujourd’hui être reconnu et s’affirmer. C’est ce à quoi servent nos émotions.

Il est donc temps de se poser les bonnes questions :

  • Qu’est-ce que je reproche à cette personne ou à cette situation ?
  • Qu’est ce qui me dérange ici ?
  • Et qu’est-ce que je déteste ?
  • Pourquoi suis-je en colère ?
  • Qu’est-ce que je n’aime pas ?

La réponse doit correspondre à ce qui vous énerve le plus, en plus d’être courte et concise. Ainsi, si une personne vous énerve au travail parce qu’elle est désinvolte, vous critique ou vous ignore royalement, interrogez-vous dans quelle mesure vous êtes aussi désinvolte et négligente envers vous-même ? Autrement dit, quelle partie et quels besoins ont été trop longtemps ignorés ou mis de côté ?

Elargissons maintenant notre perspective. Si l’Effet Miroir s’applique parfaitement aux situations de vie quotidienne, il s’applique aussi parfaitement aux évènements sociaux et mondiaux. Car, là aussi nous avons un regard, un jugement, des émotions par rapport à eux. Pourtant, là encore, nos opinions en disent plus sur nous-mêmes et notre état d’esprit que sur l’état du monde.

L’Effet Miroir s’applique aussi aux évènements sociaux et mondiaux

Les racines du mal

En dépit des avancées incontestables en qualité de vie depuis depuis ces dernières années, pourquoi avons-nous toujours l’impression que le monde va mal ? Pour Géraldine Bergon, cela se traduit par la question suivante : comment pense-t-on le monde pour qu’il soit dans cet état ? Voici quelques éléments de réponse :

  • La compétition avec les autres est nécessaire pour pouvoir réussir.
  • Il est nécessaire de gagner sa vie et donc de faire beaucoup pour combler ses besoins.
  • Nous risquons d’être exclus si nous manifestons un peu trop qui nous sommes.
  • L’homme est un loup pour l’homme. Les guerres sont inévitables.
  • L’amour, ça fait mal.
  • Nous manquons de ressources pour nourrir tout le monde sur Terre.

Ce sont ces pensées qui nous nourrissent et nourrissent le monde, car nous agissons au quotidien en fonction d’elles. Et dès lors qu’il s’agit de circonstances touchant le collectif, tout le monde se sent soit impuissant, soit victime de ce monde. Mais encore une fois, ce ne sont que des projections et donc une question de regard. C’est pourquoi l’Effet Miroir peut s’appliquer au-delà de notre quotidien pour nous aider à grandir en conscience dans notre vie personnelle.

De l’individu au monde

« Le principe de l’unité rappelle que tout ce que l’on juge est un jugement sur nous-même, que tout ce que l’on condamne nous condamne. A chaque fois que l’on accuse ou juge un fait de société, on critique une partie de soi-même. »

N’a-t-il pas été écrit :

tu vois la paille qui est dans l’oeil de ton voisin mais pas la poutre qui est dans le tien

Imaginons que nous nous regardions dans un miroir et que nous n’aimions pas notre corps parce que nous le trouvons trop gras. Nous aurons beau projeter notre mécontentement sur le miroir, cela ne servira à rien, ne changera  absolument rien. Prenons simplement conscience qui si nous trouvons pas notre silhouette à notre goût c’est sans doute  parce que nous mangeons trop et mal.

À la fin n’est-il pas rassurant de comprendre qu’en fait le conflit ne se trouve jamais à l’extérieur de nous mais bien à l’intérieur.

Source : Géraldine Bergon, « L’effet miroir. Découvrez comment chaque situation a un message à vous transmettre », Les éditions Sydney Laurent & Guérir les émotions qui nous empoisonnent la vie de Danielle Meunier aux éditions le courrier du livre


Source : Voir

Blablaweb