Comment venir à bout des fuites urinaires

Les problèmes d’incontinence à l’effort ou de vessie hyperactive sont fréquents, surtout avec l’âge, mais ils ne sont pas inévitables. Si les fuites urinaires gâchent votre quotidien, il existe plusieurs solutions à envisager. Avec votre médecin, vous pouvez trouver la plus adaptée pour vous.


© iStock

Un éternuement, une quinte de toux, un fou rire, un effort physique, et voilà que vous courez aux toilettes en vous déboutonnant le pantalon. Vous n’êtes pas seul. Plus de la moitié des adultes âgés de plus de 65 ans souffrent de fuites urinaires accidentelles, d’après le site Consumer Reports. L’incontinence peut se présenter de deux façons : une incontinence à l’effort, quand une pression sur la vessie suffit à provoquer une fuite, et la vessie hyperactive, qui se manifeste par une envie soudaine et immédiate d’uriner. Les deux sont de plus en plus fréquents avec l’âge, à cause du relâchement musculaire.

Bonne nouvelle : ce trouble n’est pas une fatalité. Les fuites urinaires en vieillissant sont normales, mais pas inévitables. Et si votre qualité de vie en est affectée, vous avez accès à des solutions pour l’améliorer.

Parler à un médecin

Aborder le sujet des fuites urinaires est assez embarrassant, mais il est important d’en discuter avec un·e professionnel·le de santé, afin de vérifier qu’il ne s’agisse pas d’un problème de santé plus grave, comme le diabète de type 2 ou la maladie de Parkinson. Votre médecin procédera à un examen physique et tentera de déterminer le type d’incontinence dont vous souffrez. Vous pouvez l’aider en tenant un journal pendant quelques jours pour noter quand et combien de liquide vous buvez, quand vous allez aux toilettes, et quand vous remarquez des fuites.

Modifier le style de vie

Votre médecin pourra vous aider à trouver une solution adaptée à votre incontinence. Si vous êtes en surpoids ou obèse, perdre du poids peut soulager la vessie. Limiter la consommation d’alcool et de café, qui augmente la production d’urine, peut aider, ainsi que le fait de ne consommer que des petites quantités d’eau, à intervalles réguliers, plutôt qu’une grande quantité à la fois. Si vous êtes constipé de façon chronique, ces selles « coincées » peuvent causer des fuites en exerçant une pression sur la vessie. Un apport supplémentaire en fibres peut aider à résoudre ce problème.

Les thérapies non médicamenteuses

Au lieu de prendre des médicaments, essayez d’abord les exercices pelviens et l’entraînement de la vessie. L’activité physique, notamment la marche rapide et le yoga, peut aider à rester en forme tout en renforçant les muscles du plancher pelvien qui aident à contrôler la vessie. Demandez à votre médecin de vous expliquer les exercices de Kegel, si c’est adapté pour votre situation, ou consultez directement un·e spécialiste du plancher pelvien. Pour les femmes souffrant d’incontinence à l’effort, un pessaire, un dispositif réutilisable porté dans le vagin, peut aider à soutenir la vessie.

Se méfier des médicaments

Il existe de nombreux médicaments pour traiter l’incontinence. Mais la plupart, rappelle Consumer Report, peuvent provoquer des effets secondaires désagréables comme la bouche sèche, la vision trouble, la constipation, des étourdissements, et un état de confusion, voire de démence, chez les personnes âgées. Profitez de ces médicaments si vous avez du mal à dormir la nuit ou si vous avez besoin de vous sentir à l’aise quand vous quittez votre logement, mais essayez de ne pas en abuser.

Envisager d’autres options

Si les médicaments et les thérapies non médicamenteuses ne suffisent pas, vous pouvez envisager d’autres options avec l’aide de votre médecin. Des injections dans les muscles vésicaux, la stimulation de certains nerfs, et même des interventions chirurgicales peuvent aider à résoudre les cas les plus difficiles.

À lire aussi

Source : Voir

Blablaweb