Elle s’affiche sans maquillage pour une bonne raison

Atteintes de rosacée, elles décident d’afficher leur peau au naturel, sans maquillage. Une démarche qui vise à combattre les stigmates et à mettre en lumière cette affection bien souvent méconnue. 

C’est un élan d’ampleur et empreint de positif. Lancée il y a quelques jours par les laboratoires Galderma, la campagne au hashtag « #RosaceaNoFilter » (traduire par « la rosacée sans filtre ») se propage et mobilise les réseaux sociaux dans le but de montrer la rosacée, rapporte Glamour UK. Ce mal cutané, qui se manifeste entre autre par des rougeurs sur le visage, reste méconnu. Afin de rassembler celles et ceux qui en souffrent mais aussi sensibiliser les autres, la campagne invite à livrer son témoignage et partager des photos. En figure de proue on retrouve Lex Gillies, une influenceuse beauté dont le mantra est de mettre « un coup de pied à la rosacée ». Elle a ainsi posté une photo sans filtre et à la symétrie parfaite, sur laquelle elle dévoile son visage dont une partie est camouflée par du maquillage quand l’autre dévoile son affection. Elle délivre au passage un message pour mettre fin au tabou : « Pour beaucoup de monde, moi incluse, la rosacée est plus qu’une simple maladie, c’est un combat quotidien. »

Voir cette publication sur Instagram

Should we feel shame about the things we can’t control? ⠀ ⠀ At the time of this flare, I was sitting with a friend in a bustling farmer’s market, and could feel the sun’s warmth on my skin balanced by the cool breeze. It was a beautiful day. ⠀ ⠀ But as I faced my friend, mid-smile and mid-sentence, I stopped. ⠀ ⠀ Because I felt my face tingle, and my cheeks begin to burn. ⠀ ⠀ ‘No!’ I thought, cupping my cool hands over my face. ⠀ ⠀ ‘What did I do wrong?’ ⠀ ⠀ Now the stinging had started and I was consumed by the fire of my face. ⠀ ⠀ As my friend continued to talk, I kept eye contact but couldn’t concentrate. ⠀ ⠀ All I could think was, ‘how red am I right now?’ ⠀ ⠀ And with my stomach turning, and my chest tightening, I wondered, ‘can anyone see how fiery this feels? This is so embarrassing.’ ⠀ ⠀ Followed by a strong anxious urge to leave, hide, and dunk my head in a bucket of ice, I was completely consumed by my skin.⠀ ⠀ Of course, a rosacea flush is physically uncomfortable, but if I’m completely honest, the physical pain pales in comparison to the shame, and anxiety that compels us to hide. ⠀ ⠀ The problem?⠀ ⠀ When we hide, we feed the shame. ⠀ ⠀ Which is why I’m sharing this barefaced selfie and encourage you to do the same. ⠀ ⠀ As part of #RosaceaAwarenessMonth I’ve partnered with Galderma and @Rosacea_Beyondthevisible to lift the shame around rosacea and the things we can’t control. ⠀ ⠀ So join us! By sharing your story and your barefaced selfie, because we’d love to hear from you! ⠀ ⠀ #RosaceaNoFilter #Beyondthevisible #ProudToShare⠀ ⠀ xx Jess⠀ ⠀ [ Flush: 28 oct 2018]

Une publication partagée par Jessica Anwyl (@in.the.ra) le

Une campagne qui résonne

Cette campagne, qui prend place tout au long du mois de la « Rosacea Awarness Month » (le mois de la prise de conscience de la rosacée), invite influenceuses et anonymes à briser le silence. A cœur ouvert et visage à nu, chacune apporte son témoignage, ses sentiments ou encore son message pour avancer et retrouver confiance en soi. Il s’agit non seulement de ne plus avoir honte de cette maladie, mais aussi de « sortir de son isolement, combattre les stigmates, unifier les voix ». Ce message résonne plus fort encore et a une portée plus générale : arrêter de se juger et de porter atteinte aux autres par le regard ou par les mots. Il existe quatre types de rosacée selon l’experte Michèle Sayag, médecin-allergologue, responsable de la recherche médicale Bioderma, que ELLE.fr avait interviewée : les flushes : des rougeurs très intenses sur le visage et le cou qui disparaissent en quelques minutes, la couperose : des petits vaisseaux dilatés sur les joues et les ailes du nez, la rosacée papulo–pustuleuse : des boutons rouges parfois pustuleux, et enfin la rosacée hypertrophique qui se situe au niveau du nez. 


Source : Elle.fr

Blablaweb