Enrico Macias et le décès de Suzy : « Ma femme est morte dans mes bras »

Les 8 et 9 février 2019, Enrico Macias fête son 80e anniversaire en compagnie de son public sur la scène de l’Olympia de Paris. Avant ces deux dates qu’il attend avec impatience, puis son départ au Maroc pour chanter à Casablanca, l’artiste a participé au Grand Oral sur RMC le 1er février.

Durant cette grande interview, Enrico Macias a eu l’occasion de revenir sur la mort de son épouse Suzy Leyris, emportée le 23 décembre 2008 après une longue maladie cardiaque. Une maladie qui l’a fragilisée tout au long de sa vie puisqu’elle avait dû subir quatre opérations du coeur. Dix ans après, c’est toujours un sujet sensible pour l’artiste qui avait épousé Suzy en 1962 et avec laquelle il a eu deux enfants : Jocya (1964) et Jean-Claude Ghrenassia (1969). C’est au détour d’une question sur la mort et la manière dont il l’appréhende que le chanteur se souvient de sa bien-aimée : « Vous savez, quand j’ai perdu ma femme, elle est morte dans mes bras. Elle est partie. (…) Elle a expiré une dernière fois quand je l’ai prise dans mes bras. Et comme je l’ai vue partir, je n’ai plus peur de la mort parce que la personne qui était un deuxième moi est déjà partie. Donc je n’ai pas de raison d’avoir peur.« 

Enrico Macias explique ensuite qu’il croit en une vie après la mort : « L’au-delà, c’est laisser une certaine trace. Ce sont les forces de l’esprit. Ce n’est pas seulement une force qui nous vient d’ailleurs mais une force qui reste ici.« 

À la mort de son épouse, Enrico Macias était désespéré. La musique a joué un rôle important dans son deuil : « Ce qui m’a sauvé ? C’est la musique, une thérapie pour moi. Et puis il faut dire que ma femme n’est pas partie brutalement : elle était malade depuis cinquante ans. Avec elle, j’ai vécu entre les hôpitaux et la maison, où les infirmiers venaient lui prélever du sang« , confiait-il dans VSD en 2016. Il expliquait avoir même ressenti un forme de soulagement de voir les souffrances de Suzy prendre fin. « Elle avait tellement souffert. Et maintenant, là où elle est, elle est mieux que sur terre.« 


Source : Voir

Blablaweb