James Middleton, le frère de Kate et Pippa malade: « C’est un cancer de l’esprit »

C’est avec courage et sincérité que James Middleton, petit frère de la duchesse de Cambridge et de Pippa Middleton, s’est confié dans un essai publié par le Daily Mail ce 12 janvier 2019. Le jeune homme d’affaires de 31 ans y raconte sa lutte contre la dépression, aggravée par un trouble du déficit de l’attention et une sévère dyslexie.

James Middleton raconte ses pires moments de doutes et de désespoirs avant qu’il ne trouve l’aide nécessaire pour retrouver goût à la vie il y a un peu plus d’un an. « Je sais que je mène une vie de privilèges, extrêmement bénie. Mais cela ne m’a pas immunisé contre la dépression, écrit le frère de Kate et Pippa. C’est difficile de décrire cette condition. Ce n’est pas simplement de la tristesse. C’est une maladie, un cancer de l’esprit.« 

Coupé du monde

En raison de la dépression, James Middleton se souvient avoir été gagné par l’inertie, incapable de faire quoi que ce soit, y compris de travailler. La maladie l’a également petit à petit isolé de ses proches : « Je ne pouvais plus communiquer, même avec ceux que j’aime le plus au monde : ma famille et mes amis proches. Leurs messages anxieux étaient de plus en plus nombreux chaque jour et pourtant je ne pouvais y répondre et je me suis noyé davantage dans un marécage de désespoir. » À cet abîme s’ajoutent les doutes permanents, sur à peu près tout : « Je me sentais incompris, un échec total. Je ne souhaiterais pas à mon pire ennemi ce sentiment d’isolement et de solitude. J’ai cru que je devenais fou. » Le jeune homme envisage même de se suicider.

En décembre 2017, James Middleton réalise enfin ce qu’il traverse : « Après une longue détérioration de ma santé mentale pendant douze mois, j’ai pris mes chiens dans la voiture et, sans dire à personne où je partais, je suis allé à Lake Discrit [un parc national du nord-ouest de l’Angleterre, NDLR] que j’adore depuis que je suis enfant. Là-bas, je me suis baigné dans l’eau glacé du lac de Coniston Water, j’ai fait de grandes marches solitaires sur des montagnes au sommet enneigé, je suis resté seul dans un cottage isolé quelques jours pour essayer de calmer le tumulte de mon esprit. Les jours précédents, j’avais compris que je ne pouvais plus continuer comme ça, que j’étais mal et que j’avais désespérément besoin d’aide. Réaliser cela m’a apporté une sorte de calme : je savais que si j’acceptais cette aide, il y avait de l’espoir. C’était une minuscule étincelle de lumière dans la pénombre.« 

Je savais que si j’acceptais cette aide, il y avait de l’espoir. C’était une minuscule étincelle de lumière dans la pénombre

James Middleton explique pourquoi il prend ainsi la parole. D’abord parce qu’il va mieux, grâce à son psychiatre et ses chiens, et qu’il a retrouvé un sens et le goût de la vie. Ensuite parce que lever le stigma autour des maladies mentales est le combat de ses proches : « C’est précisément ce pourquoi mon beau-frère, le prince William, ma soeur Catherine et le prince Harry se battent avec leur mouvement Heads Together. Ils croient que pour s’attaquer au stigma associé aux maladies mentales, nous devons avoir le courage d’en parler, pour en chasser ses connotations négatives. Cela n’aurait pas été honnête de dissimuler mon histoire. Je veux parler haut et fort et ils sont la raison pour laquelle je le fais.« 

Le Daily Mail souligne à la fin de cet essai que James Middleton n’a pas été payé pour son texte. En revanche, nos confrères ont fait une donation à l’association Pets for therapy (qui promeut la présence des animaux de compagnie pour soulager les malades) et au mouvement Heads Together dont s’occupent Kate, William, Harry et désormais Meghan.

Ces derniers jours, James Middleton et sa compagne française Alizée Thevenet étaient en vacances à Saint-Barthélemy. Le jeune entrepreneur est toujours à la tête de Boomf, une société qui livre des cadeaux et cartes personnalisés dont il se dit très fier.


Source : Voir

Blablaweb