Les jeux vidéo sont-il un problème pour le couple ?

Rien de tel qu’un bon jeu vidéo pour se détendre, disent les fans. Problème : ce passe-temps n’amuse pas toujours leurs amoureux.ses, qui estiment que cela les pousse à l’infidélité ou à la rupture. Alors, est-ce vrai ? A quel moment le jeu peut-il devenir dangereux pour le couple ? Et, si le couple est en péril, que faire d’un côté et de l’autre pour le sauver ? Réponses et conseils. 


© iStock

Le jeu vidéo est aujourd’hui un loisir totalement intégré à notre vie quotidienne. Selon une étude réalisée pour Sell (syndicat des éditeurs de logiciels et de loisirs), il serait adopté par 70% des Français et 52% admettent y jouer régulièrement. Une activité qui ne fait pas l’unanimité quand on est en couple.

D’après une étude de Gleeden, 61% des femmes estiment que la pratique excessive des jeux vidéo par leur conjoint les a poussées à l’infidélité. Le jeu Fortnite aurait été cité par la plateforme Divorce Online comme l’une des raisons de demande de divorce. Bien sûr ces chiffres sont à nuancer, mais il semble que la pratique excessive de jeux vidéo par un seul des partenaires du couple ait en effet – en plus des effets néfastes sur le joueur lui-même – une incidence négative sur l’autre.

Pourquoi cela peut gêner ?

Parce que votre partenaire se sent seul, moins désiré ou désirable : normal, vous lui préférez World of Warcraft ou Call of Duty. Il/elle vous en veut d’abord et en tout premier lieu pour cette vexation affective, mais il/elle trouve aussi d’autres (bonnes) raisons : immaturité,  manque de considération, temps qui n’est pas passé à faire autre chose (tâches ménagères, loisirs), etc.

En outre, les méfaits du trop-plein d’écrans ne sont plus à prouver : médecins, chercheurs, scientifiques et médias s’accordent à dire qu’il faut décrocher, restreindre l’usage des smartphones et autres équipements numériques, leur préférer les interactions réelles (par exemple, aller boire un verre avec votre amoureux.se ?). Quant au psychiatre Boris Cyrulnik, il affirme même qu’avant un certain âge, cela pourrait altérer le développement cérébral : comme on ne se synchronise pas (assez) avec l’autre, on connaît alors un trouble de l’empathie. Celui-ci empêche, entre autres, le contrôle de ses pulsions ! Bref, venons-en vite aux solutions.

Côtés gamers : fixez-vous vos propres limites

C’est bien sûr l’essor du digital, des équipements et de l’internet mobile qui ont porté les jeux vidéo à se développer énormément : vous pouvez désormais les pratiquer partout et à tout moment. Mais il ne faut pas laisser cette activité virtuelle prendre trop de place dans nos vraies vies, notamment de couple. D’où l’importance de vous autocadrer. En définissant des plages de jeux, vous encadrerez mieux le temps alloué à cette activité et vous pourrez ainsi prévenir votre partenaire et réserver de la place à d’autres choses. Votre partenaire s’en trouvera alors moins agacé.e. C’est dans votre intérêt et aussi dans celui de votre amoureux.se.

Côté partenaires : jouez avec l’autre

Si certains se séparent de leur partenaire et que d’autres se sentent poussés à l’infidélité, la meilleure option serait de jouer avec son conjoint.e, plutôt que d’aller jouer ailleurs. En effet, selon l’étude de la Brigham Young University, lorsque la pratique est partagée entre les deux membres du couple, le taux d’insatisfaction de l’autre devient bien moins important que lorsque l’un seul joue. C’est davantage le fait de ne pas passer ce temps ensemble et les dérèglements des habitudes du couple qui sont les causes de l’insatisfaction de l’autre, plutôt que le temps passé sur la console ou l’ordinateur. Donc, avant de vous éloigner de votre partenaire, essayez de vous en rapprocher !

Dans les deux cas : dialoguez

Il est essentiel qu’un dialogue s’installe entre les deux partenaires, afin de réparer les blessures du passé et de créer de nouveaux schémas pour l’avenir. Demandez-vous si vous avez tendance à éviter de faire un lien entre vos problèmes de couple et les jeux vidéo ou si, au contraire, vous avez tendance à chercher à les blâmer. Interrogez-vous sur les raisons du conflit : quels problèmes cela vous pose à l’un et l’autre ? Parvenez-vous à communiquer sur l’utilisation des jeux vidéo dans votre couple ? Si oui, qu’est-ce qui bloque ? Si non, le problème n’est-il pas la communication entre vous et votre partenaire ? Et si oui, pourquoi ? Etc. Définir clairement les raisons de votre attachement ou de votre rejet des jeux vidéo vous aidera à en parler à votre partenaire.

Nous aurons bien compris que les problèmes ne viennent pas tant des jeux vidéo en eux-mêmes mais plutôt de la façon dont ils sont consommés : le souci vient souvent du rapport que l’on entretient avec une chose et non de la chose elle-même. Si vous aimez ça, tâchez donc de garder un lien sain avec la pratique, c’est-à-dire de ne pas en faire une priorité et de ne pas y passer trop de temps. Les moments jeux n’en seront que plus savoureux ; votre partenaire vous aimera mieux ; vous vous sentirez plus libre. En bref, c’est comme tout : point trop n’en faut !  

Et, si vous tenez absolument à jouer avec votre écran, optez plutôt pour les dizaines d’applis de jeux pour couple, comme Sex Positions, Gages Coquins (sur Android), le Kamasutra, ou La Bouteille coquine… On parie que ces jeux-là ne poseront pas de problème à votre cher.e et tendre.

Bien à vous et des jeux… à deux,

À lire aussi

Source : Voir

Blablaweb