Lorie Pester et le calvaire de l’endométriose : « Des douleurs atroces, vraiment »

L’ex-star de Demain nous appartient poursuit alors : « On m’avait toujours dit que c’était normal (…). Et à un moment donné j’ai fait une grossesse extra-utérine. C’est là que j’ai appris que j’avais l’endométriose. » Depuis, Lorie prend un traitement qui « arrête la propagation de la maladie« , mais elle n’est pas guérie. Un mal qui reste difficile à vivre puisqu’il peut aussi porter atteinte à la fertilité. Cet aspect de la maladie constitue l’autre combat de la star qui a été contrainte de partir en Espagne pour faire congeler ses ovocytes. Une décision difficile qui permettra à celle qui a récemment retrouvé l’amour de pouvoir peut-être un jour fonder une famille.

Devenue un porte-parole privilégié de l’endométriose, Lorie a été reçu à l’Elysée à ce sujet au début du mois de mars. Lors de son entretien avec la ministre de la Santé Agnès Buzyn et Marie Fontanel, conseillère des Solidarités et Santé d’Emmanuel Macron, la chanteuse a raconté sur Instagram avoir « évoqué les travaux en cours au ministère pour une meilleure prise en compte de l’endométriose ainsi que les perspectives de la révision de la loi bioéthique au cours de laquelle sera débattue la possibilité de conserver ses ovocytes. »


Source : Voir

Blablaweb