Marina Foïs : « Je pourrais les étouffer de mon amour, mes gosses »

« Un des objectifs supérieurs de ma vie, c’est que mes enfants ne se sentent jamais obligés de passer Noël avec moi. C’est une distance que je leur accorde et que je leur souhaite. Moi, je pourrais les étouffer de mon amour, mes gosses, en vrai. Je les trouve au-delà d’extraordinaires, je pense que ce sont deux génies. Je peux avoir tout ce vocabulaire-là, mais j’estimerai avoir réussi si je les vois prendre la porte la tête haute et librement. Puis, ils sont très différents : le théâtre, c’est de la merde ; le ciné, c’est ‘je déteste y aller’… Ce sont les derniers enfants de leur génération à ne pas avoir vu Le Grand Bain. Ils ont une distance que, moi, je trouve très salutaire. Ils trouvent que je ne tourne pas très bien. Le petit, un jour, il a traversé l’appartement et il m’a dit : ‘Sans vouloir te vexer, je voudrais quand même te dire, je pense que Jack Nicholson est le meilleur acteur au monde,‘ » confie Marina Foïs dans Society.

Ce n’est pas la première fois que l’actrice rapporte les propos sans filtre de ses enfants. Dans Marie France en 2016, elle racontait comment ils percevaient son travail : « Quand ils voient mes films, je peux vous affirmer qu’ils ne me font pas de cadeau ! (rires) Ils sont très, très critiques ! Le petit, qui avait 6 ans à l’époque, m’a dit qu’il trouvait le film ‘porno’, parce que j’y embrasse deux acteurs. Mes enfants, je les adore aussi pour cela : ils ne sont pas particulièrement fans de l’actrice que je suis. Ce qui est très sain. » Et c’est toujours sans se vexer que Marina Foïs a encaissé la critique d’un autre de ses films, Boule & Bill : « Une fois, ils sont venus à la première de Boule & Bill et, outre le fait qu’ils ont trouvé le film limite naze, ils ont détesté me voir me faire prendre en photo et monter sur scène« , apprenait-on dans Biba en 2014. Pas de quoi la traumatiser, puisqu’elle n’a pas souhaité non plus tourner la suite, cédant sa place à Mathilde Seigner.

Retrouvez l’intégralité de l’interview dans le magazine Society du mois de février 2019

Une intime conviction, en salles le 6 février 2019


Source : Voir

Blablaweb