Minceur : elle serait avant tout d’origine génétique

Selon une nouvelle étude scientifique, ce serait en grande partie grâce à leurs gènes que certaines personnes minces parviendraient à le rester et à ne pas prendre du poids.


© istock

Dans une vaste étude publiée dans la revue PLOS Genetics, des chercheurs de l’Université de Cambridge (Royaume-uni) ont tenté de comprendre pourquoi certaines personnes parviennent à rester minces tandis que d’autres prennent du poids rapidement, et ce avec la même alimentation occidentale. D’après leurs conclusions, l’explication serait avant tout génétique.

Ici, les scientifiques ont recruté 2 000 personnes considérées comme minces, avec un IMC de moins de 18 kg/m2, en bonne santé et sans aucun trouble de l’alimentation. Les participants ont été soumis à des tests ADN via un prélèvement salivaire, et ont rempli des questionnaires quant à leurs habitudes alimentaires. Parallèlement, l’équipe de recherche a comparé l’ADN de 14 000 personnes, dont 1 622 volontaires minces, 1 985 personnes en obésité sévère et 10 433 personnes ayant un poids “normal”, avec un IMC compris entre 18,5 et 25 kg/m2.

Résultats : l’équipe a constaté que certains variants génétiques associés à l’obésité, mais a aussi découvert qu’il existait des variants impliqués dans l’obésité sévère et dans la minceur.

Cette étude montre pour la première fois que les personnes minces et en bonne santé sont généralement maigres parce qu’elles ont moins de gènes qui augmentent les risques de surpoids et non pas parce qu’elles sont moralement supérieures, comme le suggèrent certaines personnes”, a déclaré le professeur Sadaf Farooqi, co-auteur de l’étude. “Il est facile de juger et de critiquer les gens pour leur poids, mais la science montre que les choses sont beaucoup plus complexes. Nous avons beaucoup moins de contrôle sur notre poids que nous pourrions le penser”, a-t-il souligné.

Nous savons déjà que les gens peuvent être minces pour différentes raisons. Certaines personnes ne sont tout simplement pas intéressées par la nourriture alors que d’autres peuvent manger ce qu’elles veulent, mais ne prennent jamais de poids. Si nous trouvons ces gènes qui les empêchent de prendre du poids, nous pourrons peut-être les cibler pour développer de nouvelles stratégies de perte de poids et aider les personnes qui ne disposent pas de cet avantage”, a conclu le scientifique.

Source : Science Daily

À lire aussi

Source : Voir

Blablaweb