Mounir Mahjoubi et son compagnon : « Une partie de ma famille ne savait pas »

Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat au Numérique, était l’invité politique d’On n’est pas couché, samedi 12 janvier 2019 sur France 2. Après de nombreuses questions sur son parcours politique et le mouvement des gilets jaune, le jeune homme de 34 ans a été interrogé sur son couple par la chroniqueuse Christine Angot. L’occasion de revenir sur son coming out et les photos de son compagnon et lui parues dans Paris Match.

« On nous a proposé de faire ces photos, ensemble. Au début on n’était pas forcément pour. On a accepté. Vous savez ce qui s’est passé derrière ? J’ai reçu des centaines de messages, raconte Mounir Mahjoubi. Ce sont des gens qui m’ont dit ‘ça fait du bien de vous voir’. Y’a eu des mamans qui m’ont dit ‘on a pu en parler en famille’…« 

Le secrétaire d’Etat révèle alors qu’une partie de sa famille a appris son homosexualité dans la presse : « Moi, ça n’a pas été facile dans la mienne puisque Paris Match est lu partout en France, partout au Maroc. Y’avait une partie de ma famille qui ne savait pas. Ça a été un peu dur. Sauf que maintenant c’est fait. Quand vous grandissez pauvre, que le reste de la société vous regarde comme un pauvre, et qu’en plus vous êtes homosexuel, ce qui est considéré comme une tare dans votre famille, ça on ne le perd jamais dans sa vie. Même quand on devient ministre, heureux, amoureux et qu’on fait la cuisine deux soirs par semaines à son chéri. » Et d’ajouter à propos de son engagement politique : « Ce qui est sincère en moi là-dedans, c’est ce sentiment permanent de vouloir être entendu et puis que surtout on me laisse tranquille d’être comme je suis.« 

L’homophobie contamine les familles

Mounir Mahjoubi est marié avec Mickaël Jozefowicz. Dans Closer, le secrétaire d’État avait déjà évoqué la réaction de sa famille a cette exposition : « Mais vous savez, j’ai beau avoir 34 ans, être amoureux de Mickaël, être ministre, le fait d’évoquer ma vie publiquement a pu susciter quelques tensions dans une partie de ma famille. L’homophobie contamine les familles.« 


Source : Voir

Blablaweb