Penélope Cruz, somptueuse perdante avant « Douleur et gloire »

Divine l’an dernier avec son époux Javier Bardem, Penélope Cruz est de retour aux Goya pour la soirée de remise de prix du cinéma espagnol, à Séville le 2 février 2019. La star était toutefois en solo… ou presque. C’est au côté de son réalisateur fétiche, Pedro Almodovar (Volver, Etreintes brisées), qu’on pouvait l’admirer. Elle a ainsi brillé dans une tenue Chanel accessoirisée de bijoux et d’un sac Swarovski, maison avec laquelle elle collabore.

Penélope Cruz était en lice pour le prix de la meilleure actrice grâce à sa performance dans Everybody Knows d’Asghar Farhadi. Cependant, le prix lui a échappé au profit de Susi Sánchez pour La enfermedad del domingo. Ce n’est que partie remise pour l’heureuse maman de Leo (8 ans) et Luna (6 ans) qui pourrait bien revenir parmi les nommées l’an prochain. En effet, la comédienne oscarisée a déjà plusieurs Goya à son actif : pour La Fille de tes rêves (1998), Volver (2006) et Vicky Cristina Barcelona (2008).

La somptueuse icône du cinéma espagnole a signé par ailleurs une nouvelle collaboration avec son ami Pedro Almodovar et Antonio Banderas, un autre habitué de l’univers du réalisateur de Talons Aiguilles. Le film s’intitule Douleur et gloire et raconte une série de retrouvailles après plusieurs décennies, certaines en chair et en os, d’autres par le souvenir, dans la vie d’un réalisateur en souffrance. Premières amours, les suivantes, la mère, la mort, des acteurs avec qui il a travaillé, les années 1960, les années 1980 et le présent. L’impossibilité de séparer création et vie privée. Et le vide, l’insondable vide face à l’incapacité de continuer à tourner. Une oeuvre qui s’inspire du vécu du cinéaste ? Sortie prévue en Espagne le 22 mars.


Source : Voir

Blablaweb