Pilule : elle modifierait la perception des émotions d’autrui

Une étude scientifique menée sur près de 100 femmes suggère que la pilule contraceptive peut nuire à la capacité d’une femme à lire les émotions des autres, ce qui pourrait affecter ses relations sociales et intimes.


© istock

Moyen de contraception très utilisé, la pilule contraceptive aurait, en plus de ses effets indésirables habituels et connus, tendance à nuire à la capacité des femmes à percevoir certaines émotions d’autrui.

C’est en tout cas ce qui ressort d’une étude scientifique menée par des chercheurs de l’université de Greifswald en Allemagne, et parue dans la revue Frontiers in Neuroscience.

Menée auprès de 42 femmes utilisant la pilule contraceptive et de 53 femmes n’utilisant pas ce type de contraception, l’étude révèle que les utilisatrices de la pilules sont 10% moins susceptibles de déchiffrer les expressions faciales exprimant des sentiments complexes, tels que la fierté ou le mépris.

Plus de 100 millions de femmes dans le monde utilisent des contraceptifs oraux, mais leurs effets sur les émotions, la cognition et le comportement sont mal connus”, a souligné le Dr Alexander Lischke, auteur principal de l’étude. “Cependant, des découvertes fortuites suggèrent que les contraceptifs oraux empêchent de reconnaître les expressions émotionnelles d’autrui, ce qui pourrait affecter la manière dont les utilisateurs nouent et entretiennent des relations intimes”, a ajouté le chercheur.

Si les contraceptifs oraux entraînaient une perte dramatique de la reconnaissance des émotions chez les femmes, nous l’aurions probablement remarqué dans nos interactions quotidiennes avec nos partenaires”, a toutefois nuancé le Dr Lischke. “Nous avons supposé que ces déficiences étaient très subtiles[…]. Nous avons donc utilisé une tâche très difficile de reconnaissance des émotions qui nécessitait la reconnaissance de facteurs émotionnels complexes visibles au niveau de la région des yeux et du visage”, a précisé le scientifique.

Comme prévu, les résultats se sont avérés très subtils, mais aussi très clairs. “Alors que les deux groupes étaient tout autant doués pour reconnaître les expressions simples, les utilisateurs de contraceptifs oraux étaient moins à même d’identifier correctement des expressions complexes”, a-t-il indiqué.

Mais, avant d’envisager de cesser de prescrire la pilule contraceptive, le scientifique et son équipe estiment qu’il faut continuer les recherches afin de déterminer si ces difficultés de perception des émotions impactent réellement la capacité des utilisatrices à nouer des relations intimes, et les handicapent au quotidien.

Source : MedicalXpress

À lire aussi

Source : Voir

Blablaweb