Pourquoi jeûner est bon pour notre santé ?

Les bienfaits de l’autorestauration

Et si l’on s’arrêtait de manger ? Pendant un jour, une semaine, un mois… Que se passe-t-il lorsque le corps se met en état d’autorestauration ? Perte de poids, nettoyage ?

Du jeûne, nous n’en connaissons finalement que son aspect religieux qui nous renvoie à l’idée de sacrifice. Ce qui n’a rien de ragoûtant à première vue. Quand on se prive de nourriture, nous avons le ressenti de nous sacrifier, de nous imposer une souffrance. Et dans une société de plaisir et d’abondance, qui voudrait s’infliger cela ?

Hormis les latinistes confirmés, nous avons oublié ce que signifie étymologiquement le mot « sacrifice ». Il s’agit de faire le sacré. Quand on se sacrifie, on fait donc du sacré pour soi. Ce n’est pas une souffrance que l’on s’inflige, mais un acte sain. Jeûner n’est donc pas se priver. Au contraire, on ne s’apporte que des bienfaits que nous allons découvrir maintenant.

Pourquoi jeûner ?

Quelle est la principale origine des maladies cardiovasculaires et des cancers ? En grande partie le fait que nous mangeons trop et pas bien. Trop riche, trop sucré, trop salé. C’est beaucoup trop. Nous avons l’impression de juste apporter l’énergie qu’il faut à notre corps mais ce n’est pas le cas. En réalité nous l’épuisons en lui fournissant un travail à la chaîne d’assimilation des aliments. Trop occupé à cet ouvrage, il n’a pas le temps de se consacrer à ses autres tâches (nettoyage de l’organisme, élimination des cellules défectueuses, stimulation de ses défenses immunitaires, etc.).

Le repos digestif

Or, que permet le jeûne ? Une autorestauration de notre organisme. Autrement dit, on lui laisse le champ libre pour aller lui-même se servir dans nos réserves pour se nourrir bien sûr, mais aussi pour se nettoyer, se régénérer et se désintoxiquer. Et quand l’organisme peut enfin remplir toutes ses fonctions, notre santé s’en trouve grandement améliorée. Nous vivons mieux, en meilleure forme et plus longtemps. Ces connaissances sur les bienfaits du jeûne ne sont pas nouvelles.

Allongement de l’espérance de vie

Une expérience a été menée dans les années 1930 sur des animaux de laboratoire séparés en deux groupes. Le groupe A était abonné au régime sec mais équilibré et le groupe B était bien nourri avec un régime protéique (comme nous). Le verdict est sans appel : le groupe A vécu jusqu’à 40 % plus longtemps que le groupe B. Depuis cette expérience, d’autres furent menées avec des rats, des poissons, des mouches ou des araignées, et toutes donnèrent les mêmes conclusions : en mangeant moins mais mieux l’espérance de vie se rallonge de 30 à 40 %. Souvenez-vous des centenaires de l’île d’Okinawa , ils suivent une coutume locale nommée « hara hachi bun me » qui consiste à manger jusqu’à 80 % de sa faim.

la régénération cellulaire

Un autre bienfait du jeûne et de sa fonction d’autorestauration est celui de la régénération cellulaire. Pour combattre des maladies graves comme les cancers, jeûner présente un avantage certain. Les cellules cancéreuses se nourrissent et s’entretiennent grâce au glucide que nous leur apportons via notre alimentation. En les privant de glucide, les cellules cancéreuses régressent, voire même disparaissent. Ce qui n’est pas le cas des cellules saines, capables de se protéger même dans les circonstances les plus extrêmes.

Un exemple frappant sur l’efficacité thérapeutique du jeûne nous vient de l’expérience du médecin russe, G.P. Malachov. Celui-ci est intervenu auprès de personnes ayant subi de plein fouet la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Il prescrivit à ses patients un jeûne plus ou moins long et important en fonction de la gravité de leur état. Il rapporte que comme le montrent les études pratiques, le rayonnement et les radios nucléotides disparaissent de l’organisme humain en seulement 12-14 jours de jeûne. Pour les cas les plus graves, il prescrivit une série de jeûnes sur une durée de deux ans afin que l’organisme soit totalement regénéré.

Des répercussions très directes

Naturel, peu coûteux et terriblement efficace, le jeûne mérite d’être pris au sérieux. Surtout dans une société où nous sommes cernés par toutes sortes de pollutions (l’air, la malbouffe, le tabac, l’alcool, etc.). Néanmoins, une petite recommandation s’impose. Jeûner n’est pas sans danger, surtout au tout début. Effectivement, dès que l’organisme dispose d’un peu de temps libre, la première chose qu’il fait est de remettre en circulation les toxines pour les évacuer. Ce qui explique que nous nous sentions migraineux dans les premiers temps.

Mais si ces toxines sont trop nombreuses, les organes d’élimination peuvent se bloquer et l’organisme peut alors succomber au choc toxique. L’astuce étant alors de prendre un peu de jus de fruit ou de bouillon de légumes pour contrôler et freiner l’arrivée des toxines. Jeûner n’est donc pas une pratique à mener seul et de façon aléatoire dans un premier temps. Il est d’ailleurs utile de connaître les différentes formes de jeûne pour mieux le pratiquer.

Les 4 formes de jeûne
  • Le jeûne quotidien permet de prévenir les maladies dégénératives et de renforcer les défenses immunitaires naturelles. Il s’agit de pratiquer une activité physique (une marche de 30min), de boire plus d’eau, de manger moins et mieux en ne grignotant plus et en laissant 12h de temps entre le repas du soir et celui du matin.
  • Le jeûne hebdomadaire où il s’agit de pratiquer un jour de jeûne par semaine ou tous les 15 jours.
  • Le jeûne annuel d’une semaine complète qui permet d’éliminer les toxines accumulées en six mois ou deux ans.
  • Le jeûne thérapeutique qui se fait en clinique ou sous contrôle médical et donne d’excellents résultats dans le cas de maladies chroniques concernant l’estomac, les intestins, les allergies, l’appareil locomoteur, l’hypertension et le diabète.

Récapitulons une dernière fois : pour garder un corps sain, rien de mieux qu’un jeûne quotidien ou hebdomadaire. En revanche, pour corriger 30 années d’erreurs issues d’un mode de vie sédentaire et d’un régime alimentaire hyperprotéiné, le jeûne annuel, voire thérapeutique est la meilleure des formules pour repartir de zéro et faire peau neuve !

Source : Gisbert Bölling, Le Jeûne, Editions La Plage, 2004


Source : Voir

Blablaweb