Près de la moitié des asthmatiques contrôlent mal leur maladie

L’asthme touche plus de 6 % des adultes en France. La majorité prend un traitement mais celui-ci ne suffit pas toujours à maîtriser les crises, selon une enquête présentée au congrès de pneumologie de Marseille. 

Près de 16 000 personnes ont répondu à une enquête sur l’asthme, financée par le laboratoire AstraZeneca. Les résultats ont été présentés lors du congrès de pneumologie de langue française qui se tenait à Marseille du 25 au 27 janvier 2019.

Selon cette enquête, 6,4 % des adultes souffrent d’asthme aujourd’hui en France, les femmes davantage que les hommes (7,4 % contre 5,3 %). Près de la moitié de ces personnes sont au stade 1 de la maladie (asthme intermittent), mais près de 4 %  ont atteint le stade 5 (asthme persistant très sévère).

Ces patients avaient en moyenne 23 ans lors de leur première crise et le diagnostic a été posé deux ans plus tard, autour de 25 ans.

Plus de 74 % d’entre eux ont bénéficié d’une exploration fonctionnelle respiratoire, un examen qui permet d’évaluer la capacité pulmonaire. En revanche, seuls 2 % déclarent utiliser régulièrement un peak-flow (6,5 % de manière occasionnelle), un appareil qui mesure le débit expiratoire permettant d’anticiper la survenue d’une crise d’asthme. 

Plus de 95 % des asthmatiques prennent un traitement pour soigner leur maladie, dont 42,6 % tous les jours. Néanmoins, près de la moitié de ces patients ont un asthme insuffisamment contrôlé, voire pas contrôlé du tout, en particulier les personnes dont l’asthme est sévère.

Ainsi, 47,6 % des patients ont subi au-moins une exacerbation de leur maladie au cours de l’année écoulée et plus de 14 % ont dû se rendre aux urgences. Plus de 3 % ont même été hospitalisés au-moins une fois.

Source : Voir

Blablaweb