Selon des études, les personnes qui râlent vivent plus longtemps

Si vous avez cliqué sur cet article, je présume que vous êtes soit un quelqu’un qui râle beaucoup, soit vous connaissez quelqu’un qui l’est.

Que ce soit à cause d’un cintre, de la fatigue ou du fait que vous venez de vous réveiller après une dure nuit de sommeil, vous ne pouvez pas échapper à la dure réalité et vous vous voyez obligé d’admettre que vous êtes un râleur ou une râleuse. Et si cela n’est pas vous, cela pourrait être quelqu’un que vous connaissez dans votre entourage.

Le fait est que, , être un râleur ou une râleuse peut en fait avoir ses avantages parce que, selon des études, être un râleur ou une râleuse vous aide à gagner plus d’argent, à vivre plus longtemps et à avoir un mariage plus sain.

Ainsi, même si vos amis et votre famille optimistes se demandent peut-être pourquoi nous ne sourions pas davantage, nous pourrions leur présenter les avantages d’être un(e) râleur(se) car apparemment, se plaindre et être de mauvaise humeur ont des avantages évidents.

Comme l’a rapporté la BBC, alors que la bonne humeur comporte des risques importants, comme le fait de vous rendre à la fois crédule et égoïste, la mauvaise humeur vous rend plus susceptible d’être un négociateur, un directeur ou un cadre supérieur.

Dans le cadre d’une étude, Joseph Forgas , qui étudie depuis près de quatre décennies la façon dont les émotions affectent notre comportement, a travaillé avec des collègues de l’Université de New South Wales, en Australie, pour montrer comment notre humeur affecte notre vie quotidienne.

Dans le cadre de cette étude, Il a d’abord mis les volontaires dans une humeur heureuse ou triste en leur montrant des films en laboratoire, avant de leur demander de juger la véracité des mythes urbains , par exemple, en leur demandant si les lignes électriques causent la leucémie ou si la CIA a tué le président Kennedy.

Ceux qui étaient de bonne humeur étaient moins capables de penser avec scepticisme et étaient beaucoup plus crédules, alors que ceux qui étaient de mauvaise humeur étaient plus lucides.

Et les scientifiques reconnaissent de plus en plus que la mauvaise humeur peut être bénéfique pour nos aptitudes sociales, telles que l’amélioration des compétences linguistiques, de la mémoire et de notre capacité de persuasion.

Comme l’a dit Forgas :

« Les humeurs négatives indiquent que nous sommes dans une situation nouvelle et stimulante et exigent un style de pensée plus attentif, plus détaillé et plus observateur. »

Dans le même ordre d’idées, la recherche a également révélé que le sentiment d’être légèrement moins content que d’habitude nous sensibilise davantage aux indices sociaux. Curieusement, cela encourage aussi les gens à agir de façon plus juste envers les autres.

Et il s’avère qu’être pessimiste pourrait aussi avoir ses avantages, car selon la BBC, l’optimisme peut être démotivant pour beaucoup et peut faire qu’une personne n’atteigne pas ses objectifs.

Gabriele Oettingen, de l’Université de New York, a dit :

« Les gens se sentent accomplis lorsqu’ils sont optimistes. Ils deviennent détendus et n’investissent pas les efforts nécessaires pour réaliser réellement leurs rêves et leurs objectifs ».

Dans de nombreuses études, Oettingen a montré que plus vous prenez vos désirs pour des réalités, moins il y a de chances qu’ils se réalisent. Par exemple, des pensées optimistes peuvent dissuader les personnes obèses de perdre du poids et rendre les fumeurs moins enclins à cesser de fumer.

De la même façon, les gens qui fantasment sur le succès au travail finissent par gagner moins et les patients qui rêvent d’aller mieux peuvent se rétablir plus lentement.

Non seulement cela, mais le bonheur peut aussi comporter des risques plus graves, car il réduit notre capacité à identifier les menaces. En d’autres termes, cela nous empêche d’accorder l’attention voulue aux dangers tels que la consommation excessive d’alcool, la suralimentation et les rapports sexuels non protégés.

Source : Voir

Blablaweb