Seniors : les couples mariés ont une meilleure capacité physique

Des chercheurs ont voulu savoir pourquoi les personnes mariées ont tendance à vivre plus longtemps et ont découvert que les couples âgés sont généralement en meilleure forme physique que les célibataires, ce qui leur octroie une meilleure autonomie.


© iStock

Et si le mariage était un facteur d’espérance de vie beaucoup trop sous-estimé ? Une étude menée par des chercheurs de l’University College London et publiée la revue PLOS One prouve une nouvelle fois son importance. Cette dernière a consisté à analyser les données de plus de 20 000 personnes issues d’une anglaise sur le vieillissement qui s’est déroulée en 2008 et d’une étude américaine sur la santé et la retraite entre 2006 et 2008. Les chercheurs se sont intéressés à deux mesures « indicatrices » de la capacité physique des participants de 60 ans et plus, donc de leur bonne santé sur le long terme : la vitesse de marche et la force de préhension (faculté de saisir et serrer des objets avec la main).

En effet, ces mesures sont intéressantes pour établir l’indépendance actuelle des personnes dans leurs activités quotidiennes ainsi que leurs besoins futurs en matière de santé et de risque de mortalité. Les personnes ayant une force de préhension trop faible ont par exemple plus de difficulté à ouvrir un bocal, tandis que celles ayant une vitesse de marche trop lente peuvent avoir des difficultés à traverser un passage pour piétons à temps. « Des recherches ont montré que les personnes mariées avaient une meilleure santé physique et mentale, mais il existe peu de preuves sur le lien entre le mariage et les capacités physiques. », explique l’auteur principal de l’étude le Dr Natasha Wood.

Les écarts de richesse principalement en cause

Celle-ci ajoute : « l’avantage principal des personnes mariées réside dans le fait qu’elles sont en moyenne plus riches que celles qui ne le sont pas et que l’augmentation de la richesse a été associée à une meilleure capacité physique.» Les résultats ont montré qu’en moyenne, les hommes qui étaient dans leur premier mariage avaient une force de préhension supérieur à celle des hommes veufs ou jamais mariés. Par ailleurs, en Angleterre comme aux Etats-Unis, les hommes remariés avaient une force de préhension encore plus forte celle des hommes mariés une seule fois. Sans compter que dans ces deux pays, les hommes marchaient également plus vite que les hommes veufs ou célibataires.

Le constat est le même pour les femmes mariées, pour la vitesse de marche comme pour la force de préhension. « Étant donné que de plus en plus de personnes entrent dans la vieillesse en étant célibataire ou l’étant redevenu à cause d’un divorce ou d’un veuvage, ces résultats signifient qu’à l’avenir davantage de personnes doivent s’attendre à avoir plus de difficultés avec leurs activités quotidiennes à un âge avancé. », souligne le Dr Natasha Wood. Les écarts de richesse étant l’un des facteurs les plus importants pour expliquer cette différence de capacité physique entre les seniors mariés ou non, les chercheurs suggèrent de mettre en place des mesures pour améliorer la situation financière de ces derniers.

« Cela pourrait aider à assurer une égalité avec les personnes mariées en ce qui concerne leur capacité physique et possibilité de vivre de manière autonome dans les années qui suivent. » concluent-ils. A noter qu’en France, l’Insee atteste aussi que les personnes qui vivent en couple risquent moins de décéder que celles qui vivent seules et qu’une séparation ou le décès du conjoint s’accompagne d’une surmortalité. Car situation conjugale et risques de mortalité partagent des origines communes. « La précocité des décès de ceux qui n’ont jamais vécu en couple résulte d’une conjonction de facteurs de santé, sociaux et professionnels défavorables qui recoupe leur difficulté à fonder un foyer. », explique l’institut.

À lire aussi

Source : Voir

Blablaweb