Stress et sommeil : avoir trouvé l’amour tôt serait un avantage

Une étude traitant du lien entre relation amoureuse, stress et sommeil, suggère que le fait d’être dans une relation stable dès le début de l’âge adulte serait plutôt protecteur.


© istock

Les personnes tombant amoureuses au début de la vingtaine et s’inscrivant dans une relation amoureuse stable auraient moins de problèmes de stress et de sommeil que les autres. Telle est l’étrange et inattendue conclusion d’une nouvelle étude scientifique, menée par des chercheurs de l’université du Minnesota (États-Unis) et parue le 5 février 2019 dans la revue Personal Relashionships.

L’équipe a ici suivi 267 participants nés dans le Minnesota en 1975-1976, qui ont tous été interrogés sur leurs relations amoureuses actuelles et récentes à l’âge de 23 et de 32 ​​ans. En recoupant différentes données, les chercheurs ont alors découvert que les personnes ayant des relations amoureuses positives débutant à l’âge adulte vivaient moins d’événements stressants et ressentaient moins d’anxiété à 32 ans, ce qui prédisait ensuite une meilleure qualité de sommeil à 37 ans.

Ainsi, le fait d’avoir connu une relation amoureuse stable à la vingtaine aurait des répercussions sur l’anxiété et le sommeil bien des années plus tard.

“Un grand nombre de recherches ont montré avec constance que les relations amoureuses sont des indicateurs importants de la santé et du bien-être à long terme”, souligne Chloe Huelsnitz, principale auteure de l’étude. “Bien que les processus comportementaux qui lient les relations amoureuses et la santé ne soient pas encore bien compris, le sommeil est un comportement partagé dans de nombreuses relations amoureuses, et constitue un argument de poids sur la façon dont les relations intimes parviennent à influer sur la santé au long terme”, a ajouté la chercheuse.

Et celle-ci de conclure que “les résultats de [cette] étude suggèrent que les relations affectant le comportement en matière de santé ont notamment un impact sur le stress des individus”.

Source : Science Daily

À lire aussi

Source : Voir

Blablaweb